Je suis morte un court instant !


5 min lu

Pourquoi je n'ai plus peur de la mort!

Voilà un sujet bien délicat : celui de la mort.

Avez-vous peur de la mort ? C’est une question souvent tabou, à laquelle vous répondez probablement oui.
Pourtant, ce n’est pas un sujet tabou pour moi, qui suit un "expérienceur", c'est le nom que donne la science aux personnes ayant fait une expérience de mort imminente (EMI) ou mort provisoire.

C’est une expérience peu connue, qui suscite fréquemment du scepticisme, d’autant plus qu’elle demeure encore en grande partie une énigme pour la communauté scientifique. L’ Expérience de mort imminente ou EMI (en anglais, imminent death experience ou IDE) est une expression désignant un ensemble de « visions » et de « sensations » consécutives à une mort clinique, un coma avancé, ou même un sentiment de danger très intense.

Expérience réelle ou hallucination du cerveau, cette expérience a profondément modifié mon rapport à la vie, et à l'après-vie. A présent, je n'ai plus peur de la mort!
Voici mon récit.

Une expérience bouleversante pleine d'amour


C’est une expérience particulière que j'ai vécue, il y a quelques années, il y a presque 30 ans maintenant. Et pourtant, cet événement est gravé dans ma mémoire, de manière totale, intacte, et indélébile. Je m'en souviens comme si c’était hier, dans les moindres détails. Je n’ai réellement compris sa pleine signification, et sa portée, plus récemment, lors de mon éveil spirituel.

J’avais une vingtaine d'années. J’étais restée seule pendant ces vacances scolaires, car j’avais décroché un job d’été, proche de mon domicile. Ma famille était à l’étranger.
En rentrant du travail, en voiture, j’ai manqué de vigilance. Je n’ai pas marqué le stop, et j’ai eu un accident. Choc brutal, violent, à cinquante mètres à peine de la maison.

Le film de ma vie en direct !

Je me dis « Ça y est t’es morte !». Immédiatement, je me sens transportée ailleurs. Je me sens légère. Je traverse un tunnel lumineux, et je vois toute ma vie défiler à l’envers, jusqu’à mon plus jeune âge. Les choses agréables comme les moins agréables. C’est édifiant.


“On” me demande de faire un bilan objectif de la vie sous l’angle « est ce que j’ai aimé ?” Qu’ai-je fait de bien, de moins bien. Une sorte d'examen de conscience, sans pour autant être dans le jugement. Je ne sais pas qui est ce “on” mais tout cela me parait si simple, fluide et normal.

Puis j’arrive dans une clairière verdoyante, remplie de fleurs, d’arbres, d’oiseaux. Ici les couleurs sont très contrastées, très chatoyantes, avec une lumière très particulière, éblouissante. Ici, tout est beau et magnifique. Il y a peu de mots permettant de traduire les émotions et sensations de ce moment-là. 

 J’ai le sentiment d’être partie prenante de cet univers, de ce tout. Je suis la goutte d’eau de la rivière, je suis la fleur dans la prairie. Je suis la vie en somme. Cette rivière me parait si merveilleuse, et régénératrice. Je sens son énergie. Cela paraît édifiant dit ainsi, mais c’est pourtant ainsi que je ressens les choses à cet instant précis.

L'amour, l'amour, toujours l'amour 

Un sentiment immense d’amour et de plénitude m'envahit alors.
Un amour inconditionnel, un bonheur indicible que j’ai peu ressenti dans ma vie, “ici-bas”. Je vais bien, très bien. Un sentiment de bien-être et de sérénité s'empare de moi. Qu’il est plaisant et bon d’être là ! Je suis sereine, comme jamais je ne l’ai jamais été, dans un état de béatitude profond.

Puis un peu dans le fond du paysage, de cette prairie, je vois un attroupement de personnes, sous un arbre, derrière une ligne de démarcation. Tout est calme et doux. Je ne reconnais pas ces visages, mais j’ai pourtant le sentiment que ces personnes, elles me connaissent, et sont de “ma famille”. Je ressens l’amour de toutes ces personnes pour moi. Je ressens cet amour inconditionnel au plus profond de mon corps et mon âme.

Ma grand-mère décédée me parle !

Pourtant, au premier plan, s'avance un visage connu : celui de ma grand-mère paternelle décédée.

Clairière verdoyante

Elle est partie, j’avais 13 ans. Je me rappelle sa lutte contre cette maladie qui nous relie, et surtout sa bonté. Je m’avance ravie de la revoir, pour aller à sa rencontre. Mais je pressens que le passage de cette ligne de démarcation sera engageant et irréversible. À dire vrai, j’hésite à franchir cette ligne.

Et là, cela parait “hallucinant” dit ainsi, j’entends par télépathie “dans ma tête” la voix de ma grand-mère qui me dit « Ce n’est pas ton heure.». 

Ceci se fait “naturellement” , de manière fluide, si simple. Est associé à cette parole le geste, car je vois ma grand-mère faire un signe avec ses mains signifiant clairement NON ! Je peux vous assurer, qu’à ce moment-là, tout ceci à l’air “vrai” et tout à fait normal de converser avec ma grand-mère décédée !
Puis l'expérience s'arrête net. Devrais-je dire : la magie s’arrête. Immédiatement, je me retrouve projetée dans la réalité : celle de l’accident de voiture. Je suis là dans mon corps, dans ma voiture toute cabossée. :(
Je reprends pied avec la “vraie vie” : je suis sonnée, et j’ai un constat d’accident à réaliser.
Je suis choquée, je pleure, mais par miracle je n’ai rien physiquement : je suis indemne. Une bonne étoile était là ce jour-là avec moi, de toute évidence.

En rentrant à la maison, ma mère m’appelle de l’étranger presque aussitôt pour prendre de mes nouvelles. C’est surprenant, car nous n’avions pas l’habitude de nous joindre à cette heure-là, du fait du décalage horaire, mais ma mère avait l’intuition que “quelque chose était arrivé”. Cette intuition que nous avons parfois, et que nous n'écoutons pas.

De suite rassurée sur mon état, j’explique les détails de “mon expérience” à ma maman, qui se trouve être du corps médical. Je la questionne sur mon expérience, désireuse de comprendre ce que j’ai vécu, d'obtenir des explications "rationnelles" et probablement rassurantes.

Elle me dit que ce que j’ai vécu est possible et “connu ”, car ce type de témoignage est fréquent dans le corps médical. Les explications qu’elle me donne traite de “ neurotransmetteurs émis pendant le choc” qui altèrent ma conscience et modifient ma perception de la réalité.
En tant qu’étudiante en filière scientifique (à l'époque, je prépare alors mon doctorat.) ces explications me rassurent, mais au plus profond de moi, je ne suis pas convaincue.
Je décide de mettre un couvercle sur cela, et d'oublier. Après tout la vie continue et pourquoi devrais, je douter de la parole de ma maman ? 

Et puis j’ai tellement de choses à accomplir ! Ma vie ma semble guidée à présent, par un sentiment d’urgence et d'amour à la fois.

Puis, hasard ou coïncidence, je me rappelle avoir lu quelques mois plus tôt chez ma tante un livre de sa bibliothèque d’un fameux Raymond Mondy intitulé « la vie après la vie ». À l’époque, j'avais été captivée par ce livre, et l'avais littéralement dévoré, sans bien comprendre pourquoi ce sujet m’intéressait autant. !

Jusqu'au jour, où après une période d’arrêt maladie prolongée, la quarantaine passée, je commence à m’éveiller à la spiritualité. Je me documente énormément et dévore plein d’ouvrages sur la question de la vie après la vie, des expériences de mort imminente, de connexion avec les défunts.
Et là, comme une évidence, les pièces du puzzle s'emboîtent et je comprends que j’ai vécu ce qui ressemble fort à une expérience de mort imminente.


Curieuse de tout, je décide quelques mois plus tard, de tenter l'expérience de la Trans Communication Hypnotique (TCH). Je franchis alors les portes d’un atelier de TCH, dans l’espoir de revivre cet état-là, de retrouver cet “autre monde” où je me sentais si bien.


À ce moment-là, l'expérience que je vis n’est en rien identique, et je me sens presque déçue. J’ai le sentiment que l’atelier de 1 h 30 a peine duré ¼ d’heure. Pourtant, à l’issue de cette session, j’ai les yeux mouillés, les mains qui vibrent, mon regard sur la mort semble définitivement changé : je n’en ai plus peur.
Mes angoisses récurrentes à ce sujet semblent s’être évaporées. Je ressens, une certaine quiétude face au trépas, convaincue que, si ce que j’ai vu est bien l'au-delà, c’est tout simplement merveilleux. Bref, je n'appréhende plus la mort.
Hasard ou coïncidence, quelques jours plus tard, je me sens appelée à entamer une formation Reiki.

Ce fut pour moi une révélation, et je suis sortie de cette formation ébranlée et transformée. Le début d’un chemin merveilleux avec l'énergie du reiki et la magie de l’univers.

 Aujourd'hui je suis persuadée que ce que j’ai vécu n'est pas une vue de l’esprit, mais une réelle connexion avec “un autre monde”, imperceptible à notre réalité matérielle, mais pour autant si proche, à notre portée. Même s'il est encore compliqué de parler d’une EMI de nos jours, j’ai le sentiment que les choses évoluent dans le bon sens à ce sujet. 

D’éminents scientifiques documentent ce sujet, et je pense qu’un jour nous aurons des explications à donner aux expérienceurs, et à l'ensemble de la communauté.
Je remercie chaque jour l’univers de me permettre de vivre cette expérience extraordinaire qu’est la vie, et j’essaie d’être dans cet amour inconditionnel dans ma pratique quotidienne du reiki.


Vous aimez cet article ? Dites le moi en commentaires !

Divareiki
www.divareiki.com 

Page Facebook Divareiki : Page Facebookk Divareiki

Vous aimez cet article ? Partagez-le !



Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.